Présentation
 
1997 - Volume 38 > Numéro 2

ISSN 0035-2969

Le « paradoxe du vote » et la théorie de la rationalité
Raymond BOUDON

pp. 217-227

 

La discussion relative au « paradoxe du vote » ne peut être comprise que si l’on voit qu’elle s’inscrit dans une question plus large : celle de la rationalité des acteurs sociaux et, par suite, celle de la rationalité tout court. La conception de la rationalité issue de la théorie économique néo classique peut être utilisée dans l’analyse de certains phénomènes sociaux. Sur d’autres sujets, elle rencontre de graves difficultés. C’est le cas notamment du vote. Plusieurs théories brillantes tentent de les contourner, mais sans y parvenir de façon satisfaisante. Les théories « irrationnelles » du vote sont, elles aussi, exposées à des critiques sérieuses. Une solution acceptable du « paradoxe du vote » ne peut être obtenue qu’en révisant la conception « utilitariste » de la rationalité, en mobilisant la notion classique de la « rationalité axiologique » et en précisant le sens de cette notion. Cette révision s’applique, non seulement au phénomène du vote, mais à bien d’autres catégories de phénomènes sociaux.

Das « Wahlparadox » und die Rationalitätstheorie

Die Diskussion zum « Wahlparadox » ist nur verständlich wenn sie in einen weiter gesteckten Rahmen gestellt wird : den Rahmen der Rationalität der sozialen Aktoren und darüber hinaus der Rationalität als solche. Das Konzept der aus der neoklassischen Wirtschaftstheorie hervorgegangenen Rationalität kann für die Analyse von bestimmten sozialen Erscheinungen benutzt werden. Auf anderen Gebieten stößt es jedoch auf starke Schwierigkeiten. Das ist besonders der Fall bei der Wahl. Mehrere hervorragende Theorien versuchen diese Schwierigkeiten zu umgehen, jedoch ohne zufriedenstellendes Ergebnis. Die « irrationalen » Theorien zur Wahl sind ihrerseits ernsthaften Kritiken ausgesetzt. Eine annehmbare Lösung des « Wahlparadoxes » kann nur durch eine Revision der « utilitaristischen » Auffassung der Rationalität erzielt werden, wobei der klassische Begriff der « axiologischen Rationalität » bemüht und der Sinn dieses Begriffs verdeutlicht werden. Diese Revision wird nicht nur auf das Phänomen der Wahl angewendet sondern auf viele andere Kategorien von sozialen Phänomenen.

La « paradoja del voto » y la teoría de la racionalidad

La discusión relacionada a la « paradoja del voto » sólo puede ser comprendida cuando se la ve inscrita en una pregunta más amplia : la racionalidad de los actores sociales y después la racionalidad propiamente dicha. La concepción de la racionalidad extraída de la teoría económica neo-clásica puede ser utilizada en el análisis de ciertos fenómenos sociales son otros sujetos encuentra grandes dificultades : es netamente el caso del voto. Varias teorías brillantes ensayan de evitarlas de manera satisfactoria, sin conseguirlo. Las teorías « irracionales » del voto se encuentran también expuestas a criticas muy serias. Una solución aceptable de la « paradoja del voto » sólo puede ser obtenida si se revisa la concepción « utilitarista » de la racionalidad, movilizando la clásica noción de la « racionalidad axiológica » y precisando el sentido de esta noción. Esta revisi6n se aplica, no solamente al fenómeno del voto, sino también a muchas otras categorías de fenómenos sociales.

 

 

 
  Rédaction
  Actualités
  Sommaires
  Rechercher
  Publier
  S'abonner
  Indexation
  Accès libre
  Diffusion
 
  English Issue
 
Copyright Revue française de sociologie